Biochirurgie: La chirurgie de la vie
fr | en | es

Le blog de la Biochirurgie

Chirurgie de la vie

Dès 1990 et grâce à la cohabitation professionnelle d’un chirurgien gynécologue, Hubert Manhès, et d’un biologiste, Guy Lesec, le terme de Biochirurgie s’est imposé à l’évidence.

Chirurgie du grec kheirourgia kheir [mains] et ergon [travail] signifie travailler avec les mains. Ce n’est ni plus ni moins qu’un artisanat. Le chirurgien est l'artisan du vivant par opposition aux autres artisanats portant sur la matière inerte. Mais l'est-il réellement ? A t'il bien pris en compte à l’aube du 21e siècle la nature « non matérielle » des tissus sur lesquels il travaille?

En savoir plus...

Mon histoire... de la coelioscopie

L'histoire de la coelioscopie pourrait se comparer à celle d'une révolution. Rien à voir avec le changement brusque et violent que l'on prête volontiers et à tort à ce terme mais plutôt le mouvement circulaire par lequel une idée, une technique, une innovation fait un tour complet sur elle-même pour parvenir à maturité. Cette révolution, cette histoire aura duré plus d'un siècle et n'est pas terminée pour autant. Elle s'est effectuée par étapes successives et désordonnées au cours desquelles les facteurs humains, économiques, sociaux, politiques, industriels sont restés étroitement imbriqués. Il s'agit pour ma part d'une histoire dans laquelle je me suis introduit en 1968. Les événements auxquels j'ai été confronté ont profondément bouleversé ma carrière.

En savoir plus...

Le jour où… j'ai opéré la première grossesse extra utérine par coelioscopie.

15 octobre 1973, il est midi, je pénètre au bloc opératoire de la clinique la Pergola à Vichy où je suis installé Gynécologue Accoucheur depuis 1968. À cette heure je suis autorisé à me distraire avec mon coelioscope et j'ai de fortes chances de pouvoir bénéficier d'une salle sans déranger le programme réglé des chirurgiens. Souvenez-vous, dans ce temps-là, on admet que la coelioscopie peut apporter quelque précision dans le diagnostic d'une pathologie abdominale, on tolère qu'elle puisse précéder l'acte chirurgical thérapeutique mais jamais, au grand jamais, elle ne peut se substituer à la laparotomie, l’ouverture dont la grandeur est une fonction de la réputation du chirurgien. La coelioscopie est dans l'attente de ses lettres de noblesse chirurgicale et pour y parvenir le chemin va être long : 30 ans.

En savoir plus...

Chirurgie “mutante” Chirurgie préparée et réfléchie

L’accession au statut de biochirurgien nécessite un préalable indispensable: l’imagerie pré-opératoire. Essentiellement représentée par l’échographie et dans des indications très précises par l’IRM, cette imagerie répond aux 3 règles fondamentales de notre philosophie, puisqu’elle s’intéresse à l’anatomie unique de l’individu, à ses modifications physiologiques spécifiques et l’approche volumique dynamique (3D temps réel) les restitue au sein d’un pelvis viscéral, musculaire et vasculaire en mouvement. Globalité et fonction ainsi appréciées, s’intègrent dans une démarche diagnostique rigoureuse, basée sur le respect de check-lists pré-établies, personnelles et évolutives.

En savoir plus...